Babylone 2.0 et Garde la Pêche: l’horreur misogyne absolue
par dans Opinion - Participez à la discution

Il y a des jours où tu te dis que regarder Facebook avant de se lever n’est pas une bonne idée… Aujourd’hui, on a atteint le sommet. En passant sur un groupe féminin, je vois passer un post dénonçant un groupe secret de 52.000 hommes qui publient des photos de femmes dénudées ou presque. Oui, c’est glauque. Mais là où on tombe dans l’ignoble, c’est que ce sont des photos qu’ils ont obtenues de leurs copines, par selfie ou à leur insu, et qu’ils publient sans leur consentement.

(ENGLISH BELOW)

Et pour rajouter dans l’abject, il y a les commentaires… du style « C’est très loin de l’avion de chasse qu’on traque tous, certes, mais du haut de mes 27 ans je ne pouvais pas refuser ce taudis de 44 ans, juste pour rajouter une ligne sur le CV. Vieille peau: check. On ne recule pas devant le défi ». Accompagné d’une photo de la dame nue, de dos… Ne vous inquiétez pas, oui, on a vérifié les infos, plusieurs fois. On a même accès à ce fameux Babylone 2.0 et si je savais flouter les noms qui défilent, je vous posterais bien une vidéo, histoire de convaincre les sceptiques.

Mais en soi, ce n’est pas de convaincre ceux qui doutent qui m’importe. Ce qui compte, c’est qu’au final, les femmes bafouées, humiliées, méprisées publiquement (car à 52.000 individus, on parle d’un public digne d’un stade, là) n’ont presque rien pour les protéger. Une loi sur le droit à l’image? Elles vont devoir chiffrer le préjudice commis pour pouvoir demander réparation. Comment chiffre-t-on la pire humiliation de sa vie? Le fait de ne plus oser regarder les hommes autour de soi dans les yeux? Et encore, ça c’est quand on a « la chance » (oui, c’est ironique) de savoir que l’on est sur le groupe en question. Que fait-on pour ces femmes dont tous les collègues se sont échangé les photos intimes parce qu’elle a eu le malheur de coucher avec l’un d’entre eux, et qui ne sera jamais promue ou prise au sérieux car tout le monde l’a vue en levrette lors d’un moment qui devait rester intime? Elle ne saura même jamais pourquoi elle se heurte à un plafond de verre…

babylone

Les exemples de loi existent à l’étranger pourtant. C’est le Canada, je crois, qui a interdit qu’on forwarde une photo reçue sans le consentement de la personne. En somme, on reste libre d’envoyer des selfies nude à qui on veut. Mais celui qui la reçoit ne peut pas la poster ailleurs. Et le tout sous peine d’amendes et non de dommages à prouver, au pénal, ce serait encore mieux. Ou tout autre solution, hein, on est pas sectaires. Mais une disposition qui pénalise l’acte et non en fonction de dégâts à chiffrer. Il est temps que le monde politique et législatif se rende compte qu’il y a un univers entier, eldorado pour certains, terrain sans foi ni loi pour d’autres, où l’on abandonne les victimes sans leur laisser le moindre secours. Le décalage est trop grand. On parle de photos qui restent à jamais disponibles sur des serveurs.

On pourrait aussi parler, tiens, de la lenteur de Facebook à réagir face à ce genre de problèmes. Ou du fait que des femmes soient sur ce groupe et trouvent cela drôle. Ou encore que cela rappelle furieusement Trump et ses « propos de vestiaires » qui ne devraient pas porter à conséquence parce que « boys will be boys ». Du fait que des banquiers ( ou caissiers, ou votre voisin) bien sous tous rapports font la même chose dans des groupes WhatsApp, par exemple… Et que cela n’en finira probablement jamais parce que oui, encore en 2017, la sexualité féminine est supposée être honteuse. Toute la gloriole est pour Monsieur qui allonge son « CV » de femmes culbutées. Les femmes, elles sont déshumanisées, traitées comme de la viande.

Dans l’article que j’ai rédigé pour le Vif, je termine sur le fait qu’il faut conseiller aux femmes (et aux jeunettes 2.0 premières victimes) de ne plus envoyer de selfies (ADD: la phrase a été modifiée par la suite). J’ai détesté écrire cette phrase car à nouveau, c’est dire aux femmes de changer leur comportement et de s’adapter pour éviter les problèmes alors que bien évidemment, ce n’est pas leur faute; notre faute. C’est la lutte du pragmatisme sur l’idéalisme. Dans un monde idéal, la solution est l’éducation des garçons et des lois adaptées. Dans un monde pragmatique, le moyen le plus rapide de regagner le contrôle de la situation est de cesser d’alimenter les dérives en envoyant des photos. On est bien d’accord que le problème est l’utilisation qui est ensuite faite de ces photos. Je le répète, ce n’est pas le selfie qui en faute, aucune de ces femmes ne l’a cherché ou mérité. Elles n’ont pas créé le problème, elles ne devraient pas avoir à le réparer. Malheureusement, on ne vit pas dans un monde idéal. Et à ce stade, je préfère éduquer ma fille en lui disant de se méfier des photos et de ne jamais en envoyer à ses petits copains car là au moins, on peut contrôler quelque chose. C’est lamentable mais en attendant un programme d’éducation adapté et des lois à l’avenant, c’est ce que je peux faire de plus efficace. Ca et écrire cet article. Espérer qu’il sera lu et partagé. Que l’on demandera à des responsables d’ASBL et politiques de se prononcer sur le sujet. Que cette news ne disparaitra pas demain.

Et si vous voulez lire la même chose en plus décapant, faites un tour chez les 2 Girls 1 Mag. Elles sont aussi remontées et elles ont bien raison. Chrystelle est la première à m’avoir contactée suite à mon statut Facebook et c’est une cause qu’elle défend très bien, avec une belle plume. Mais parlez-en. Car il n’y a rien de plus efficace pour montrer que vous ne tolérez pas ce type de comportement. Et que toutes ces femmes ne se sentent pas punies et incomprises une seconde fois…

ADD: On me souffle dans l’oreillette qu’en Belgique (je précise car le groupe était aussi français et je ne connais vraiment pas les lois de l’Hexagone) l’article 371/1 du 29 fevrier 2016 condamne au pénal pour voyeurisme les personnes mettant en scène des personnes tierces dont l’image a été utilisée à leur insu, de façon explicite et violant le cadre de la vie privée, avec des peines allant de 6 mois à 15 ans de prison. Excellente nouvelle donc. Mais au civil, il faut toujours pouvoir prouver le montant des dégâts occasionnés et ce serait plutôt bien de renverser la charge de la preuve pour que les victimes ne se retrouvent pas avec un euro symbolique…

En attendant, on a du coup lancé une pétition qui demande cela mais surtout l’instauration d’une journée de sensibilisation obligatoire dans les écoles. Signez-la. Histoire que la nouvelle génération profite des erreurs de la précédente…

ADD2: Marie Claire Belgique vient de s’engager publiquement à nous soutenir sur le long terme pour lutter contre ces dérives internet et le cyber-harcèlement qui peut en résulter. Je remercie par ce biais ma rédactrice en chef, Anouk Van Gestel, pour ses convictions et sa volonté d’interpeller le monde politique face à cette situation.

EN: To the English speaking reader wondering what this is all about… Thursday morning, we outed a secret misogynist FB group named Babylone 2.0 where 52.000 men posted stolen naked pictures of women they slept with. Yes, 52.000.

These women have no hope of seeking justice, as the group has since been deleted by the admins and should they be able to prove they were exposed, they would have to prove the damages done to them, which are mostly psychological thus hard to define.

We started a petition on Change.org to ask the government for a better law forbiding the forwarding of private pictures without the consent of the sender, and an internet awareness day in schools. Several public figures and Marie Claire magazine have already pledged to help us long term. 

If you also believe the web should not be about harassment or treating bodies as consumable goods, join us, sign the petition and use the hashtag #NotOnMyWeb. Sharing is caring, let us show that this kind of behavior will not be tolerated.


Un article proposé par Valerie

A l'origine des Demoiselles, Valérie Sohie est passée par tous les domaines médias auparavant: télévision, radio, presse,... (et même une incursion dans la musique, le domaine familial). Après avoir créé les Weekend Blog Awards chez Roularta, elle a décidé de lancer son agence de com' digitale avec AnSo. La tête emplie d'idées et de projets, elle a toujours son monde digital et ses livres sous la main. Passionnée par le web, cette intello-mais-pas-trop est aussi incollable en matière de vernis et rouges à lèvres, 10 ans de journalisme cosméto oblige...

Clio Goldbrenner Made in China?

  Tollé ce matin sur les internets: photos à l’appui, une cliente montre un « Made in China » indiqué dans son sac Clio Goldbrenner (plus de 400 euros le modèle emblématique). En soi, une marque a le droit de faire assembler ses objets où bon lui semble, là n’est pas le souci. Le hic, c’est que […]

Babylone 2.0 et Garde la Pêche: l’horreur misogyne absolue

Il y a des jours où tu te dis que regarder Facebook avant de se lever n’est pas une bonne idée… Aujourd’hui, on a atteint le sommet. En passant sur un groupe féminin, je vois passer un post dénonçant un groupe secret de 52.000 hommes qui publient des photos de femmes dénudées ou presque. Oui, […]


  1. Garcia a dit:

    Bonjour,

    S’il n’y a pas de moyen de lutter efficacement contre ces pratiques actuellement, pourquoi ne pas diffuser les pseudo et photos des « hommes » qui participent à cette horreur ? Ça permettrait à certaines femmes de ne pas se faire avoir ! Pourquoi les protéger en les flouttant ? Ils ne le méritent pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *