Les Demoiselles de Bruxelles
Les Demoiselles de Bruxelles

Comment survivre à American Horror Story Coven

Par Valerie le 11 Août 2014 dans Culture

American Horror Story Coven entrée

 

Aah… American Horror Story Coven, mieux connu dans ma maison comme « L’une des séries TV qui nous permet de tenir en attendant la suite de Sherlock ». Mais là où Sherlock se distingue par ses personnages masculins typés, ici, c’est Girl Power tout au long de la saison. Et pas du girl power rose fushia à paillettes inspiré par les Spice Girls… Au coven, ça ne rigole pas. Un pas de travers, et on finit sur le bûcher. Alors, que faut-il faire pour tenir toute une saison?

ahs black

 

  • On s’habille en noir. Oui, c’est cliché, pour une sorcière, on est d’accord. Mais entre les cérémonies païennes, les sacrifices humains, les sorts et le reste, on n’est plus à ça près. Et puis, cela va à tout le monde, car on n’est pas sectaire chez les sorcières, toutes les tailles sont les bienvenues. Cela permet -littéralement- d’annoncer la couleur à votre entourage, qui aura tendance à vous laisser plus facilement tranquille…
  • On fait attention à son look. Surtout quand on est condamnée à ne jamais mourir… Vous croyez que vous pouvez pour autant en oublier votre crème de jour? Essayez de la remplacer par du sang frais… Un peu plus difficile à se procurer, et encore, tout est relatif.
  • On apprend très vite à se détacher. De ses amis, de son amoureux, de sa mère, de ses filles assassinées… De toute façon, tout le monde veut notre peau, d’une façon ou d’une autre. Alors, si l’une meurt, une autre revient le lendemain et la vie continue. Pas de quoi faire une histoire, tant que ce n’est pas nous…
  • On utilise nos dons en permanence. Ne faites pas comme Nan, qui sait lire dans les pensées mais oublie de le faire au moment critique. Trop dommage…
  • On ne le dira jamais assez: il faut se méfier de tout le monde. Surtout quand il s’agit d’un docteur vaudou dépenaillé qui ne débarque qu’aux pires moments et propose de vous racheter votre âme. Quoi? Comment? Il y avait des clauses foireuses écrites en petits caractères? Mais quelle surprise!
  • On a beau faire partir d’un groupe remontant au Mayflower, on ne se braque pas contre la technologie moderne. Particulièrement quand on trouve une tronçonneuse en pleine attaque zombie dans notre jardin. C’est tout de même pratique, ces petites choses-là.
  • On apprendra le sens des priorités, comme dans Saw, en fait. Comment ça, des yeux? Est-ce vraiment utile et nécessaire?
  • On ne s’attache pas aux conséquences de nos actes. Ressusciter les morts, jouer au docteur Frankenstein, c’est amusant. Après, s’ils ne sont même pas capables de marcher par eux-mêmes, he bien, tant pis. Pas de bras, pas de chocolat…
  • On ne se marie pas. Les hommes, c’est tout juste bon pour se reproduire. Les seuls qui vous aiment vraiment sont morts depuis plusieurs décennies et vous hantent sans que vous le sachiez, en fantasmant sur vous planqués dans votre chambre tous les soirs. Ou ils sont un amalgame, morceau par morceau,  de toute l’équipe de foot qui aime violer les starlettes hollywoodiennes.
  • On parle le français (ouf, sur ce plan-là, on a tout bon). Parce qu’entre le cajun et les immortels colons parisiens exilés à la Nouvelle Orléans, il vaut mieux comprendre les sorts qu’on nous jette si on veut en réchapper.
  • On aimera Balenciaga. Jusqu’au bout.

 

ahs witch

 

Valérie

Un commentaire

  • Marjorie

    Très sympa! Je ne connais pas cette série mais là, ça fait envie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*