Les Demoiselles de Bruxelles
Les Demoiselles de Bruxelles

Ghosting, fuckboy… Lexique des relations amoureuses 2.0

Par Valerie le 04 Mai 2017 dans Humeurs, Opinion

Si je vous dis:

« Mon amie n’a pas de chance, elle s’est faite ghoster par son mec Tinder. De toute façon c’était mal parti: il l’avait breadcrumbée au début de leur relation. C’est un vrai fuckboy! C’est pas grave: elle l’a mooné et en avait cushioné un autre. De toute façon, elle envisageait de le bencher donc je suppose que c’est pas une grande perte. » est-ce que vous y comprenez qqchose?

Bienvenue dans l’univers des relations 2.0: ces relations amoureuses débutées sur internet et qui ont leurs propres us et coutumes.  Quant on n’est pas une digital native qui manie le web comme nous notre première K7 audio, il y a de quoi se perdre. Je vous ai donc concocté un petit lexique à l’usage des noobs que nous sommes…

Deja qu’il faut naviguer entre les infidèles non-déclarés, les jeunes divorcés qui cherchent à régler leurs comptes, les grey fox qui veulent une troisième trophy wife pour jouer garde-malade à domicile ou les indisponibles émotionnellement qui ne parlent que de leur boulot ou de leur ex…

En plus, il faut se faire aux nouveaux comportements des relations web.

– Vous vous attendez à un repas au resto, choisi par Monsieur, qui sera venu vous chercher en voiture, vous ouvrira la porte et qui vous raccompagnera chez vous après avoir payé l’addition en osant peut-être vous embrasser? Déjà, bienvenue en 2017: une addition ça se partage (ou au moins on le propose et on ne le prend pas pour acquis) car si on milite pour l’égalité, on l’applique aussi. Mais surtout, il y a de grandes chances qu’on vous propose un NETFLIX and CHILL. Ce qui signifie souvent: on se mate un film tranquilou dans mon canapé en mangeant une pizza et en buvant du vin. Et ce qui veut dire en vrai: je ne vais pas dépenser de l’argent pour un cinéma quand je peux te faire venir chez moi et espérer finir la soirée au lit.

– GHOSTER veut dire disparaître du jour au lendemain sans plus donner aucun signe de vie comme dans « Je te vois ce soir » et puis poof! Casper le fantôme disparaît sans plus jamais répondre au moindre message, WhatsApp, Snap, messenger, mail, tweet et coup de fil: ça fait beaucoup de façons différentes de se sentir rejeté… Voire pire: la personne vous bloque, ce qui est, on est d’accord, le degré zéro des relations sur les réseaux sociaux. C’est terriblement violent, on reste avec plein de questions sur les bras, sans la moindre réponse, face au néant en se demandant si tout cela a bien existé ou si on l’a rêvé.

– le BREADCRUMBING (faire des miettes de pain en français dans le texte) c’est le fait de garder contact sporadiquement avec une personne. Comme Hansel et Gretel qui gardaient ainsi l’option ouverte de retourner à la maison quand ils le voulaient. Ici, le but est pareil. Son « Hello, Sava? » toutes les trois semaines a pour but de garder le contact sans trop d’effort pour venir vous rechercher quand ça l’arrange. Monsieur Tinder espère bien pouvoir garder le contact tout en discutant avec d’autres filles potentielles qu’il juge plus intéressantes pour le moment. Ça, ça s’appelle être mise sur le banc de touche ou BENCHING.

– MOONER quelqu’un vient de l’option « Ne pas déranger » sur les IMessages de l’Iphone. Quand vous sélectionnez cette option pour une personne en particulier, on ne vous notifie plus les messages. Pas de bruit, pas de texte non lu en gras et une petite lune à côté du texte, d’où le terme Mooning en anglais. C’est l’option téléphonique, plus diplomatique ou plus lâche, à voir, du « Celui là, je veux pas l’entendre » sans pour autant lui raccrocher au nez.

– Pour le CUSHIONING, l’image est simple: c’est garder des coussins pour amortir la chute en cas de rupture. Le but est de ne pas se retrouver seul(e) sans personne. Comme quand on accroche à Game of Thrones et qu’on se retrouve en manque quand la saison est finie. Du coup, on a toujours bien un petit New York Section Criminelle qui traîne dans nos enregistrements histoire de ne pas passer la soirée à se morfondre. On l’aime bien, New York Section Section Criminelle, c’est pratique, facile, prévisible. Mais bon, quand il s’agit de lister ses séries préférées, on ne va quand même pas le citer en premier, faut pas rire non plus… Ça distrait, mais ce n’est pas du scénario inoubliable…

– Et pour finir, le fameux FUCKBOY. C’est un modèle de plus en plus populaire, voire même contagieux. Oui, c’est celui qui cherche juste un coup d’un soir. La différence, c’est qu’il est prêt à tout vous raconter pour arriver à ses fins. Il débarquera avec des fleurs, mais aussi un vase. Des sushis, mais aussi du vin. Beaucoup de vin. Voire du champagne. Quand il verra une opportunité, même au bout de 10 minutes de discussion ou quand vous serez en larmes en train de parler du décès de votre cher chien Skippy, il se jeter sur vous pour vous rouler une pelle (ben oui, c’est pour te changer les idées, tu vois) et couchera avec vous en vous expliquant que vous êtes une fille exceptionnelle, qu’il n’a jamais connu ça et que la vie pourrait être tellement belle si vous l’envisagiez à deux vu que vous partagez les mêmes valeurs et les mêmes projets. Le lendemain, il se lèvera en se souvenant qu’il a oublié un rendez-vous ultra important (il doit aller boire un verre avec un pote) et ne donnera pas signe de vie. Quand vous demanderez ce qui se passe, il vous expliquera qu’en fait, son ex est revenue, qu’il se sent mal, que sa vie est compliquée, qu’il ne vous mérite pas, qu’il veut vous protéger car il finira par vous faire du mal, qu’il est sur un super gros dossier au bureau, que son cochon d’Inde est mort et que du coup il n’a pas le temps, le réseau wifi, l’argent, ou qu’il rejette les « attentes sociétales classiques » et préfère en rester là. Enfin, ça, c’est si on a de la chance, car le fuckboy est le premier utilisateur du ghosting et qu’il risque surtout de ne plus jamais donner signe de vie…

Mais bon, soyons optimistes et ne jetons pas notre smartphone à la poubelle. Qui sait, une belle rencontre se cache peut-être à la prochaine photo glissée vers la droite…