Les Demoiselles de Bruxelles
Les Demoiselles de Bruxelles

Oups, j’ai épousé un geek…

Par Guest le 19 Oct 2015 dans Culture, Humeurs

Un Super Star Destroyer en Lego trône dans mon salon…
Ai-je un enfant? Non. Est-ce un élément de ma déco ? Non. Est-ce une déclaration de force ? Non.

J’ai épousé un geek. Tout simplement.

Geek

Oui oui, je te vois déjà venir avec tes clichés à des années lumières. Alors mettons les choses au clair : non il ne porte pas de lunettes (même pas pour faire stylé, les hipsters c’est SO 2014), il n’a pas d’acné (on est des adultes quand même), ce n’est pas un handicapé social et il s’intéresse à tout, même à ce qui me plaît. Et il apprend vite ! Il sait même à quoi sert un top-coat.

Mais oui, c’est un vrai geek, un nerd, un scientifique, un gamer, un AFOL, un Warsy plutôt qu’un Trekkie, un fan de Marvel qui déteste DC, un Leonard plutôt qu’un Sheldon, un fan de stratégies de guerres qui a lu tous les Games of Thrones et qui a son avis sur le style d’écriture de Tolkien…

Si là, tu lis le truc et tu n’as rien compris, c’est normal. Le geek a son propre vocabulaire sorti tout droit de la pop culture. Il se moque des codes, te « troll » et s’assume pleinement. Car le geek est tendance, les bobo »s ont essayé de les copier en vain et les Chuck Bass de ce monde ne font plus le poids devant le phénomène Wolowitz. Il suffit de voir le nombre de saisons que compte The Big Bang Theory face à Gossip Girl. L’élite New-Yorkaise s’est faite doublée par une bande de physiciens qui jouent à Donjons et Dragons. Ça t’en bouche un coin ? Après le sarcasme de Dr House, ce sont les sciences et les références de Comic Con qui amusent et inspirent les gens.

Et c’est tout un univers qui suit : Lego évite la faillite de près grâce à ses franchises, la Planète des Singes renait de ses cendres, Star Wars repart de plus belle, et Marvel lance quatre franchises par an… Le geek devient une valeur sûre dans un monde que l’on disait trop superficiel. Une mode presque indémodable. Car ils ont toujours été là. Ils ont juste décidé de sortir de leur chambre entre deux vidéos sur Youtube).

Et moi là-dedans ? Et mon rêve de devenir la plus branchée et la plus populaire de la classe ? Moi, sortie de l’univers des cosmétiques et des discothèques, préférant clairement les plages de Saint-Tropez au confort de mon canapé, avec des gouts et des manières de princesse ? Je me suis trouvée immergée dans un monde où seul le débit internet disponible et les débats sur le dernier volet du Hobbit comptent. Quoi ? Tu n’as pas vu Sharknado ? Et Zombeaver alors ? Sacrilège. C’est quoi le mot de passe du Wi-Fi ?

Geek

Même si je ne gère plus les jeux vidéo depuis ma dernière Game Boy en 1998, j’ai apprivoisé les codes de ce monde à part à coup de 9Gag, de perfusions de Super Héros, de cures de comics, de leçons de Lego-tique, de parties acharnées de HoN dans mon salon (pas moi, hein), de vidéos étranges qui te violent l’esprit et de Gifs loufoques.

Je parle par Meme’s interposés, moi maintenant. Même si tu ne sais pas ce que c’est un Meme. Tu comprendras… Car toi aussi tu te lanceras dans ce monde et insulteras les gens de Cap’tain Obvious. Et c’est Cap’tain America que tu rêveras de voir dans ton lit salon, pas Brad Pitt.

Alors te casse pas la tête, ça prend du temps de gérer une certaine Geekitude. Mais laisse tomber ce gloss et mets tes Converses, parce qu’une fois que tu te seras prise au jeu, la seule chose qui comptera vraiment, c’est comment tu survivras une invasion de zombies sur Terre et quelles armes tu prendras avec toi dans cette apocalypse. Quoi ? Tu n’aimes pas les Walking Dead ? Ou pire, tu ne connais pas ? Je ne sais pas si on pourra être amies.

Ah. I. Am. Geek.